3 étapes pour faire face à la terreur Publié le 18 Novembre 2015

Les attentats du vendredi 13 novembre 2015 en France nous plongent dans l’effroi. Comment réagir face à la barbarie ? La terreur est une peur collective qu’une, ou un groupe de personnes fait régner dans une population pour briser sa résistance. Ne nous laissons pas faire ! Et pour cela, prenons de la hauteur. Deux lectures sont possibles face à la terreur : s’engouffrer immédiatement dans une guerre humaine tragique ou élever le débat en portant notre attention sur les joyaux de notre terre. La France est un pays de liberté, de culture et d’audace où l’art de vivre et la bonne humeur offrent un bouquet d’actions collectives puissantes. Et s’il était possible de prendre conscience de notre grandeur pour dépasser la terreur ? Et s’il était possible de créer de nouvelles idées pour construire des ponts là où l’incompréhension engendre des bombes? Trois étapes peuvent mener ailleurs que dans une tombe…

Yao, Laurent Buratti

La première consiste à ne pas se laisser emprisonner par la peur. La ressentir dans sa chair quand celle d’innocents vient d’exploser sous nos yeux est humain. Le danger existe. Seulement, se laisser emporter par des humeurs négatives en regardant en boucle des images de guerre empêche de faire avancer le monde. Trop souvent dans l’histoire, la peur a coulé les peuples dans un repli paralysant, parfois extrémiste ou dans une cascade de violence réactive alimentant de nouveau la terreur. Pour faire face les français ont besoin de porter leur attention sur ce qu’ils sont capables de faire, sentir la puissance de leurs idées, de leurs valeurs, de leurs actions.

C’est la deuxième étape : voir les choses différemment. Les terroristes ont frappé notre identité, notre mode de vie. Devons-nous entrer en guerre contre des humains ou bien combattre pour nos idéaux ? Il existe des alternatives à l'escalade guerrière, c’est le moment d’y réfléchir. C’est l’occasion de sortir du côté obscur, cynique, pessimiste de notre pays et d’incarner en conscience ce que nous avons souvent oublié : nous sommes une nation de philosophes, d’hommes de lettres et d’artisans de la paix, une nation capable de produire des idées pour combattre le terrorisme. C’est l’heure d’incarner sur terre la voie du milieu, de repenser notre positionnement géopolitique, de réinventer l’intégration des religions, de vivre ensemble, autrement. Voici une occasion historique de renouer avec notre enthousiasme, de montrer notre puissance, non pas militaire mais morale, intellectuelle, éthique, créative. Les extrémistes n’ont pas touché les politiques, ils ont saigné des citoyens. C’est plus que jamais aux citoyens de produire de nouvelles idées pour instaurer la paix.

 Alors vient naturellement la troisième étape. Une fois connectés aux valeurs qui font la France, exprimez les et partagez les … à votre façon. Rassemblez-vous pour célébrer notre culture, faites en une démonstration d’humanité, de génie et de grandeur. Mettez ces valeurs au cœur de votre semaine, apportez du pain et du vin chez vos voisins et imaginez des solutions pour vivre mieux ensemble ! Le seul fait de se réunir avec l’intention de produire de nouvelles idées est une action puissante. Créez des groupes de discussion aux terrasses des cafés, partagez vos idées avec vos collègues et vos amis. Ce sont ces dialogues quotidiens qui feront la différence dans les urnes. Ce sont les initiatives menées dans votre quartier qui créeront l’enthousiasme. Munis de notre énergie positive, de nos actions solidaires et collectives, nous sommes capables d’incarner une France chercheuse de solutions, une France unie, une France debout. 

 

Co-auteur : Laurent Buratti - (c) Istock